Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Longeole

Bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP), ce savoureux saucisson aurait été inventé par le père Longeot, un moine. C’est lui, dit la légende, qui aurait...

Bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP), ce savoureux saucisson aurait été inventé par le père Longeot, un moine. C’est lui, dit la légende, qui aurait ajouté aux ingrédients habituels des graines de fenouil et des couennes qui donnent leur caractère fondant et parfumé à ce saucisson. En fait, sans doute la recette est-elle arrivée à Genève à la fin du XVIIe siècle.


Genève
Brasserie de l’Hôtel-de-Ville


Cette taverne qui date du XVIIIe siècle est incontournable. Derrière une devanture patinée, les murs sont tapissés de drapeaux, de souvenirs et de photos de chanteurs (Serge Lama, Patrick Juvet, Charles Aznavour…) en un joyeux méli-mélo plein de caractère. En face de l’hôtel de ville, comme son nom l’indique, cette brasserie propose notamment un menu genevois tout au long de l’année. De quoi se composet-il? De filets de perche pour commencer, puis d’une trilogie genevoise: atriaux, longeole et saucisse 1602 (une spécialité exclusive inventée par le boucher Vidonne), qui arrive en compagnie d’un gratin de cardons. Après une fricassée de poulet à la genevoise, des bricelets au vieux fer et un dessert aux poires terminent la parade. On notera que ce restaurant est tenu depuis vingt-quatre ans par le père Glôzu, qui en a fait une référence. Et qu’il attire aussi bien les jeunes et fringants banquiers privés que les habitués à l’accent genevois inimitable. Ils croisent ici les touristes de passage, émerveillés, qui repartiront avec l’impression d’avoir vécu la vie typique du Genevois pure souche. Service un peu bourru de prime abord, mais plein de gentillesse par la suite. Et, à défaut d’être légères, les spécialités servies sont franchement convaincantes.

Grand-Rue 39, 022 311 70 30, www.hdvglozu.ch


Laconnex
Chez le docteur


Chez le docteur… drôle de nom! Mais l’ancien Café de la Place s’appelle ainsi depuis que l’un de ses précédents patrons a joué le rôle du docteur dans une pièce de théâtre, incitant les clients à dire: «On va chez le docteur» quand ils partaient boire un verre. Aujourd’hui, c’est une patronne qui dirige ce vrai bistrot de village où les clients s’attardent sur la terrasse pour boire le café bercés par les pâles rayons du soleil d’automne après le repas de midi. Et ils l’appellent «la mémé». Chez le docteur, ou chez la mémé, on s’attable à de vieilles tables en bois patiné, sur des chaises bistrot comme autrefois, éclairés par de joyeuses lampes aux abat-jour blancs qui pendent du plafond. A la carte, des spécialités de saison (à l’extérieur, un panneau annonce la chasse), mais aussi la longeole qui fait ici partie de l’offre tout au long de l’année. En hiver s’y ajoutent la fricassée genevoise, les atriaux, les tripes… Une authentique auberge de village, pleine de saveurs, dans l’assiette comme en salle.

Rue de la Maison-Forte 29, 022 756 24 80


Sézenove
Café-restaurant de la Fontaine


Cette auberge est un peu cachée de la route et se prolonge par une belle terrasse abritée sous un arbre immense aux beaux jours. Dans les petites salles toutes simples, l’accueil est très gentil et la carte passe avec allégresse des filets de perche frais à la longeole genevoise, ou encore aux cuisses de grenouille. Parking à la porte.

022 757 21 08, www.restolafontaine.ch


Veyrier
Cercle du Salève


Philippe Neuenschwander est fils de boucher et il adore préparer les spécialités traditionnelles comme la longeole et le gratin de cardons, les lentilles de Cartigny et la queue de bœuf, ou encore la soupe de cardons. Le tout face à l’église, à quelques pas de la frontière. A l’enseigne du Cercle du Salève, un estaminet créé en 1898 par les vignerons de ce village du pied de la montagne (le téléphérique s’envole à quelques pas d’ici), on s’attable pour manger genevois. Propret et prolongé par une terrasse couverte sur la place, le restaurant Chez Neu-Neu propose une cuisine savoureuse et festive, avec notamment des foies gras à l’emporter en fin d’année.

Chemin Jules-Edouard-Gottret 2, 022 784 10 98, www.cercle-du-saleve.com 

L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs