Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Personnalités

Quai Philippe-Suchard Philippe Suchard (1797-1884) suit une formation de confiseur auprès de son frère aîné, à Berne, puis ouvre une boutique de chocolat à Neuchâtel en 1825, avant d’installer un...

Quai Philippe-Suchard

Philippe Suchard (1797-1884) suit une formation de confiseur auprès de son frère aîné, à Berne, puis ouvre une boutique de chocolat à Neuchâtel en 1825,
avant d’installer un moulin à cacao et une fabrique de chocolat en gros à Serrières. Voilà pour la face la plus célèbre de son curriculum vitæ. Au verso, l’entrepreneur a également mené nombre d’autres projets moins connus, financés par les recettes obtenues grâce à sa production chocolatière.

En 1826, il fait ouvrir une magnanerie à Serrières pour la culture de vers à soie, nourris aux feuilles des 3000 mûriers qu’il a fait planter dans la ville. Son projet tombe à l’eau six ans plus tard, en raison d’une épidémie de pébrine qui décime les arbres fruitiers. Philippe Suchard décide alors d’investir dans les mines d’asphalte du Val-de-Travers, domaine dans lequel il voit un grand potentiel de développement, notamment pour la construction de routes. Mais son projet manque de rentabilité. Il a encore investi dans la navigation à vapeur, nouveau moyen de transport en pleine expansion à l’époque. Dès 1834, son bateau, L’industriel, a transporté des gens et du fret sur le lac.

S’il s’essaie également à la production de pâtes alimentaires ou à la taille de pierres fines pour l’horlogerie, c’est bien au final avec la production de chocolat que Philippe Suchard fera fortune.
En plus de ses investissements industriels, l’entrepreneur s’est également engagé en faveur du progrès social. Si ses employés travaillent de douze à treize heures par jour, il leur fait néanmoins bénéficier de soins médicaux gratuits, de garde d’enfants, d’une assurance accidents et d’aide matérielle pour la formation des adolescents. Enfin, il leur fournit des logements à proximité de l’usine.


Quai Robert-Comtesse

En 1876, le radical Robert Comtesse (1847-1922) devient député au Conseil d’Etat. Fort de ses vingt-trois ans à ce poste, l’avocat de formation est élu au Conseil fédéral en 1899. Président de la Confédération entre 1904 et 1910, il est à l’origine de la création de la Banque nationale suisse. Le politicien a aussi défendu l’adhésion de la Suisse à la Société des n…ations, ancêtre de l’ONU.


Avenue DuPeyrou

Formé en Hollande, Pierre-Alexandre DuPeyrou s’installe à Neuchâtel en 1749. Ayant hérité des plantations de sucre et de café de son père au Suriname, sa fortune est alors déjà colossale. Entre 1764 et 1771, il fait bâtir à Neuchâtel un hôtel particulier, devenu aujourd’hui un hôtel-restaurant réputé. Ami de Rousseau, il publie les premières éditions complètes de l’écrivain, après le décès de ce dernier en 1778.


Place Pury

David de Pury (1709 -1786) a fait fortune à Lisbonne dans l’importation de diamants, de pierres et de bois précieux, dont il détient le monopole. Le commerçant fait parvenir de nombreux dons à Neuchâtel, au nom d’un généreux anonyme, que tout le monde identifie pourtant. A sa mort, il lègue l’entier de sa fortune à sa ville d’origine. Les dons reçus ont permis la création de l’Hôpital du Faubourg, de l’Hôtel de Ville, du Collège latin, du Collège des filles et du détournement du Seyon.


Quai Ostervald

Le mathématicien, excellent dessinateur, a consacré des dizaines d’années à parcourir la principauté pour en établir la cartographie, sans être reconnu. Précurseur, il est pourtant le premier à utiliser des courbes de niveau et participe au projet de carte nationale du général Dufour. En 1806, il crée la première carte de Neuchâtel, pour laquelle il n’est même pas payé.


Quai Louis-Perrier

Elu en 1912 au Conseil fédéral à la place de Robert Comtesse, démissionnaire, Louis Perrier décède treize mois plus tard. Son nom sera donc inscrit dans les mémoires comme celui du conseiller fédéral ayant accompli le plus court mandat de l’histoire. Mais le politicien a aussi finalisé le rachat des chemins de fer par l’Etat et établi la loi sur l’utilisation de l’énergie hydraulique.


Rue Denis-de-Rougemont

Ce grand penseur du XXe siècle naît à Couvet en 1906. Tout au long de sa carrière, il s’engage, à travers des articles, essais, pamphlets ou conférences, à défendre des causes politiques qui lui sont chères. Il militera notamment pour un fédéralisme européen, à savoir une Europe unie et souveraine, dont l’autorité est élue de manière démocratique.


Rue Emer-de-Vattel

Le diplomate neuchâtelois est le premier à défendre, dans un texte de droit international, l’idée selon laquelle la nation serait supérieure au roi. Son ouvrage Droit des gens ou principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains (1758), publié en français plutôt qu’en latin, connaît un grand succès, au point d’inspirer les Américains lors de la rédaction de leur Constitution.

L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs