Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page
Hebdo » Finance

Investir: des placements pour se faire plaisir

Mis en ligne le 30.01.2014 à 05:53

INSTALLATION  DE JOHN ARMLEDER Les œuvres de l’artiste suisse coûtent  entre 70 000 et 500 000 francs suivant la nature du travail. Ces dernières années, elles ont régulièrement pris de la valeur,  tout particulièrement ces dix derniers mois.

INSTALLATION DE JOHN ARMLEDER Les œuvres de l’artiste suisse coûtent entre 70 000 et 500 000 francs suivant la nature du travail. Ces dernières années, elles ont régulièrement pris de la valeur, tout particulièrement ces dix derniers mois.

ROMANÉE-CONTI 1945 Millésime légendaire estimé entre 50 000 et 68 000 francs. Il a été vendu aux enchères en 2011 à Genève pour 109 000 francs.

ROMANÉE-CONTI 1945 Millésime légendaire estimé entre 50 000 et 68 000 francs. Il a été vendu aux enchères en 2011 à Genève pour 109 000 francs.

ASTON MARTIN DB6 Dernier modèle de la série des DB dessinée par David Brown. Années de production: 1965-1970. Prix: à partir d’environ 250 000 francs. La demande en voitures de collection se renforce avec la hausse du nombre de fortunes en Asie .

ASTON MARTIN DB6 Dernier modèle de la série des DB dessinée par David Brown. Années de production: 1965-1970. Prix: à partir d’environ 250 000 francs. La demande en voitures de collection se renforce avec la hausse du nombre de fortunes en Asie .

  1. Investir: des placements pour se faire plaisir

    INSTALLATION DE JOHN ARMLEDER Les œuvres de l’artiste suisse coûtent entre 70 000 et 500 000 francs suivant la nature du travail. Ces dernières années, elles ont régulièrement pris de la valeur, tout particulièrement ces dix derniers mois. © Galerie Andrea Caratsch
  2. Investir: des placements pour se faire plaisir

    ROMANÉE-CONTI 1945 Millésime légendaire estimé entre 50 000 et 68 000 francs. Il a été vendu aux enchères en 2011 à Genève pour 109 000 francs. © DR
  3. Investir: des placements pour se faire plaisir

    ASTON MARTIN DB6 Dernier modèle de la série des DB dessinée par David Brown. Années de production: 1965-1970. Prix: à partir d’environ 250 000 francs. La demande en voitures de collection se renforce avec la hausse du nombre de fortunes en Asie . © Aston Martin

LUXE. Œuvres d’art ou collections de vins rares peuvent être acquises pour la beauté du geste, mais aussi en espérant des plus-values. Les déceptions sont néanmoins nombreuses. Aussi mieux vaut-il être...

LUXE. Œuvres d’art ou collections de vins rares peuvent être acquises pour la beauté du geste, mais aussi en espérant des plus-values. Les déceptions sont néanmoins nombreuses. Aussi mieux vaut-il être passionné pour se lancer.

Patricia Meunier

Acquérir une œuvre d’artiste reconnu, un diamant, un grand cru, une voiture de collection ou des manuscrits illustrés résulte souvent d’un coup de cœur. Un achat destiné avant tout à se faire plaisir, même si le potentiel de plus-value n’est jamais très loin. Mais les prix de ce type d’actifs peuvent être sujets à de fortes variations. Aussi, ce genre de transaction est-il réservé avant tout aux connaisseurs, aux passionnés. Ou à des investisseurs en quête d’un bien original pour diversifier un portefeuille composé d’actions et d’obligations.

Cette classe d’actifs se révélant très spéculative, la valeur de revente comprend alors une grande part d’inconnue. «Même si ce marché a vécu des périodes très porteuses, le vendeur risque d’être étonné par la faiblesse des prix lorsqu’il veut réaliser un ou des objets, explique Roland Duss, directeur de la recherche à la banque Gonet & Cie. La volatilité des cours est renforcée par l’impact de comportements parfois moutonniers des investisseurs, qui peuvent se précipiter tous en même temps pour vendre un actif à la baisse. C’est ainsi que certains fonds investis dans le vin se sont retrouvés en liquidation après des transactions massives. Des fortunes s’en sont trouvées amputées.» Autre exemple, sur le marché de l’art: «L’explosion de la bulle de 2009 à la suite d’une trop forte hausse des prix a, là aussi, laissé des traces.»

L’art, valeur refuge
Cependant, les œuvres d’art peuvent également offrir des rendements attractifs, comme tout placement risqué. En dépit de l’instabilité des prix, les biens sont tangibles: bijoux et tableaux sont des actifs réels, aisément identifiables, sans complexité. De plus, ils sont décorrélés des bourses. Ils peuvent ainsi servir de valeur refuge lors des phases d’incertitude, d’autant plus qu’il convient de laisser vieillir ces actifs avant de les revendre. Ils constituent ainsi une alternative aux produits financiers classiques si l’on souhaite procéder à un placement à long terme.

«Un investissement dans ce type d’actifs ne doit représenter qu’une faible proportion du portefeuille à cause du manque de liquidité et du comportement erratique des cours. Il est aussi judicieux d’y entrer lorsque le marché offre des prix bas», observe Roland Duss.

De plus, le marché est peu réglementé en comparaison d’autres actifs financiers. L’évolution des prix apparaît au travers des différentes ventes publiques. Elle n’est donc pas linéaire. La règle veut qu’une œuvre qui revient vite sur le marché perde de sa valeur. Au contraire, si elle est sujette à peu de transactions, son prix va augmenter, car elle suscite la curiosité. L’attrait de cette classe d’actifs auprès d’un nombre croissant d’investisseurs a suscité l’ouverture de nombreux véhicules de placements spécialisés, dont les performances sont dignes de celles des fonds de placement en actions et en obligations.

Les tableaux les plus prisés sont ceux qui ont été créés depuis la fin du XIXe siècle: notamment avec les mouvements de l’Ecole de Paris (première moitié du XXe siècle), l’après-Seconde Guerre mondiale et l’art contemporain dès le début des années 60. Attention toutefois aux œuvres de ces trois dernières décennies: elles sont plus spéculatives, et donc plus risquées.

Les valeurs sûres sont des peintres comme Monet, Picasso ou encore Rembrandt. Pour leur part, Warhol, Rothko ou encore Modigliani affichent des cotations régulièrement à la hausse.

Le vin, placement à moyen terme
Pour les grands crus, le premier facteur de valorisation est son âge. Plus le temps passe, plus il devient rare. En outre, les quantités produites de grandes appellations sont plafonnées dans certaines régions viticoles comme la Bourgogne, alors que la demande augmente, notamment avec l’intérêt croissant des pays émergents. Comme pour tout objet de luxe, l’acheteur doit être éclairé. Il doit, par exemple, privilégier les grands crus issus des années les plus millésimées. Parmi ceux qui ont un grand potentiel de vieillissement, les bourgognes se démarquent, suivis par les bordeaux. D’ailleurs, la plupart des fonds sont investis dans des nectars de cette dernière région. Ou sur des vins jeunes.

Mais ils peuvent aussi conduire à des déceptions. Ainsi, les grands crus ont connu une longue phase de hausse jusqu’à la fin juin 2011. Puis tout s’est inversé: «L’indice Liv-ex 50, qui traque l’évolution des prix des grands vins les plus négociés depuis 1999, a perdu 30% entre juin 2011 et juin 2013 et continue de baisser», relève le directeur de la recherche de Gonet & Cie. Bien entendu, comme pour tout fonds, l’investisseur doit entreprendre une analyse de la démarche du gérant, de sa stratégie et de ses résultats avant de le sélectionner.

En dépit des contre-performances récentes, un rendement à deux chiffres peut donc être atteint avec certaines très grandes appellations. De plus, il s’agit d’un placement à moyen terme, sur cinq à sept ans au moins. Par exemple, des bouteilles estimées à quelques dizaines de francs dans les années 70 sont cotées plusieurs milliers de francs actuellement.

Et si l’évolution du prix d’un grand cru ne correspond pas aux attentes du propriétaire, ce dernier peut toujours, ultime avantage, envisager de le déguster.

L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs