Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page
21.11.2016 09:16 - Politique

François Fillon, présidentiable français, présentait sa vision de l'Europe au Forum des 100

Mis en ligne le 21.11.2016 à 09:16

L'Hebdo

C'est le grand vainqueur de la primaire de la droite française ce dimanche 20 novembre 2016. Alors que l'on attendait Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, François Fillon a largement dominé le scrutin qui doit déterminer quel sera le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle française de 2017. En mai 2016, il venait à Lausanne à l'invitation du Forum des 100 organisé par L'Hebdo parler de sa conception de l'Europe.

 
Devant les 1000 personnes réunies à l'Université de Lausanne, il évoquait les dangers totalitaires posés par l'islamisme de Daech. Que faire face à la menace? Affirmer son identité, française mais aussi européenne. «Soit on se bat seuls, et on retourne à l'état de tribu. Soit on se met ensemble avec 550 millions d'Européens». Pour lui, l'intérêt national commande d'être européen. Mais pas uniquement sur le plan administratif: ce qui compte, c'est l'âme et la civilisation européennes, l'esprit des Lumières sur le continent. Or, selon François Fillon, l'Europe est trop bureaucrate, n'a pas de vision. Contre l'Etat islamique ou face aux migrations, il n'y a pas de stratégie concertée. L'euroscepticisme s'amplifie, et face à ce mouvement il n'y a pas de réaction de Bruxelles.
 
 
Il faut donc pour lui repenser le leadership européen. L'Allemagne pèse désormais plus que la France dans ce qui était il y a 5 ans un tandem équilibré. L'Europe doit définir clairement ses priorités. 
 
1. Volet économique
Pour François Fillon, il s'agit de défendre la croissance et la défense des intérêts économiques. Il faut un calendrier pour que dans 10 ans, les pays aient harmonisé leur fiscalité des entreprises, leurs prélèvements obligatoires, leurs prestations sociales et leur niveau d'endettement. 
François Fillon était contre la création de l'euro. Mais désormais, il estime que la monnaie européenne doit devenir  monnaie d'échange, avant le dollar. Sinon, c'est la mainmise américaine sur les transactions au niveau international. La Chine essaie aussi de rendre sa monnaie convertible, premier pas pour que les échanges entre entreprises avec des acteurs chinois se fassent dans la monnaie choisie par Pékin. Il préconise également de remettre en question les accords de libre-échange conclus avec les Etats-Unis tant que le pays n'a pas cessé d'infliger des amendes indues aux entreprises européennes dont les pratiques lui déplaisent.
 
2. Question des frontières 
L'Europe doit également pour François Fillon mieux défendre ses frontières. Les migrants économiques sont plus nombreux que les demandeurs d'asile légitimes. Et face à cela, il estime que l'Europe n'a pas de politique d'immigration suffisamment concertée. L'espace de libre-circulation à l'intérieur de l'Europe est un progrès. Mais le projet était assorti d'engagements non respectés: le contrôle rigoureux aux frontières et le partage d'informations. Il faut pour lui développer un corps de garde-frontières et garde-côtes européens et un recours aux instruments biométriques. Il regrette également un durcissement européenne face à la Russie, qui n'a provoqué pour lui aucun résultat. Les bons rapports avec le pays dirigé par Vladimir Poutine est pour lui la clé de la lutte contre Daech.
 
3. Innovation
Face aux géants américains, indiens ou chinois, François Fillon plaide par une collaboration européenne et la création de conditions cadres à la création européenne, notamment en matière de droits d'auteur. Recherche médicale, transports: les chercheurs et les entreprises doivent être aidées et pas soumises à des normes trop contraignantes.
 
4. Energie
L'Europe doit clarifier sa politique énergétique. Le coût de l'énergie risque d'être de plus en plus élevé et peser sur la compétitivité du continent. Dans ce domaine, Françoit Fillon plaide pour une politique concertée.
 


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs